Travail au froid

Fatigue accrue, perte de dextérité... le froid peut avoir des répercussions sur la qualité du travail et  provoquer directement ou indirectement des accidents (glissades...). Les effets sur la santé peuvent concerner le corps dans son ensemble ou seulement les parties exposées avec des risques de lésions cutanées (gelures, engelures). L'effet d'ordre général le plus sérieux est l'hypothermie, lorsque la température du corps est inférieure à 35° C. Les premiers signes d'une hypothermie sont des frissons associés à une fatigue importante, une peau froide, une sensation de confusion et de désorientation. Ses conséquences peuvent s'avérer dramatiques : troubles de la conscience, coma, décès.

Le travail au froid augmente également les risques de troubles musculo-squelettiques.

Attention, l'humidité de l'air est un autre facteur à prendre en compte. Une peau humide est plus sensible au froid.

Si la loi ne fixe aucune température minimale pour le travail, la vigilance s'impose à partir d'une température ambiante inférieure à 5° C. L'employeur doit veiller à prévenir tout risque lié au froid avec des mesures de prévention adaptées :

- Aménagement des locaux : mettre à disposition des salariés des locaux chauffés,

- Organisation du travail : limiter le temps de travail au froid, prévoir des temps de récupération supplémentaires,

- Equipements de protection : choisir des vêtements de protection contre le froid, assurer une bonne protection de la tête et des mains, prévoir des chaussures antidérapantes et s'assurer du confort des salariés. La tenue adoptée devra être compatible avec les équipements de protection individuelle prévus pour les autres risques professionnels du salarié.

En savoir plus :